Mot de la commissaire Frédérique Goerig-Hergott, Conservatrice en chef, Musée Unterlinden, Commissaire de l'exposition : Cette exposition du Musée Unterlinden trouve son origine en 2012 dans ma découverte du triptyque Nom d'un chien, Un jour parfait ! (2012) de Yan Pei-Ming au musée des Beaux-arts de Nantes. Ce triptyque, premier autoportrait peint en pied, apparaissait dans sa fulgurance, sa frontalité et sa verticalité comme la manifestation spectaculaire d'un relèvement, d'une affirmation de soi.
Cette nouvelle représentation christique et monumentale de Yan Pei-Ming résonnait à l'autre bout de la France et cinq siècles après Grünewald, comme un écho aux panneaux peint du Retable d'Issenheim (1512-1516), chef-d'oeuvre de l'histoire de l'art et du Musée Unterlinden. Je n'ai depuis jamais pu oublier ma rencontre avec cette oeuvre, ni calmer mon désir d'en savoir davantage sur cet artiste de renommée internationale exposé au Louvre en 2009 et que je croyais connaître.
En effet, malgré sa reconnaissance acquise dans le monde de l'art dès la fin des années 1980 et son parcours marqué par de nombreuses et importantes expositions, une question restait en suspens : qui est Yan Pei-Ming ? La volonté du musée était de s'intéresser à Yan Pei-Ming, artiste d'origine chinoise incontournable dont l'oeuvre figuratif et expressif, prenant parfois la forme de polyptyque, coïncide avec les thèmes de filiation, de sacré et du sacrifice, traités dans le Retable d'Issenheim.
Il s'agissait également ici de répondre à la question de l'identité du peintre dont la double culture donne à son oeuvre un caractère universel. Cette exposition propose ainsi une lecture inédite de ses quatre décennies de carrière artistique grâce à une cinquantaine de tableaux majeurs et une douzaine d'oeuvres graphiques issues d'institutions publiques et de collections privées. Elle s'intéresse au regard que Yan Pei-Ming porte sur lui-même et sur son oeuvre tout en évoquant son évolution stylistique et sa place dans l'histoire de l'art.
A travers son oeuvre dominé par les portraits et les autoportraits, elle interroge le rapport de l'artiste avec ses origines, de Mao à la figure du père, en passant par celles de Bouddha et de la mère, sans oublier les Paysages internationaux et ceux de Shanghai. L'omniprésence de la figure paternelle dans son parcours, ainsi que la quête identitaire qui sous-tend son oeuvre ont imposé le sous-titre de l'exposition "Au nom du père" comme une évidence.
L'exposition s'achève par une oeuvre inédite réalisée par Yan Pei-Ming pour l'exposition du Musée Unterlinden comme le pendant contemporain de la Crucifixion du Retable d'Issenheim.

Christian BESSON & Eric de CHASSEY - Yan PEI-MING - Au nom du père

30,00 €Prix
  • Editeur

    Hazan

  • Parution

    avril 2021